Rechercher
  • ELLAMPSIS

Comment les fablabs peuvent booster votre innovation

Mis à jour : 28 juin 2019




Canardville peut regretter le temps où Géo Trouvetou, inventeur à l'imagination débridée cherchait tout seul dans son garage une utilité à ses créations, car il est peut-être révolu. En effet, les laboratoires de fabrication (contraction en anglais : Fab Lab ou fablab) s'imposent dans le panorama industriel et ils ne font pas la cane. Au contraire.

Ce constat s'appuie notamment sur le fait que le pôle de compétitivité Images et Réseaux y a invité ce thème lors de sa 28ème technoférence à Brest avec notamment le LabFab de Rennes et le UBO Open Factory.


Rappel : principe imaginé au MIT, un fablab est un espace de partage de compétences, d'apprentissage collectif et collaboratif mettant à disposition des ressources hardware et software en accès libre pour le développement de projets créatifs et ingénieux. Le fablab est ouvert à quiconque souhaitant passer rapidement à la phase d'expérimentation concrète de son concept. On y trouve des artistes, des designers, des entrepreneurs, des étudiants, des bricoleurs, des curieux.


Le fablab pourrait catalyser des projets industriels


Il y a fort à penser que le concept du fablab regorge de potentiel pour favoriser l'émergence de projets innovants. Cette idée se défend sur plusieurs aspects.


Premièrement, le fablab, peut-être plus que n'importe quelle entreprise, brasse des cultures et des compétences extrêmement variées : artistes, ingénieurs, techniciens, designers, étudiants. L'innovation naît de la coopération entre différents métiers. Elle est l'association de divers savoir-faire et savoirs de secteurs divers. La circulation des informations et des idées est une condition fondamentale de l'innovation. Le fablab incarne bien ce lieu de circulation de compétences.


Deuxièmement, le leitmotiv d'un fablab est « Do, feel, learn », soit en d'autres termes, place à l'action, à l'expérimentation et à l'apprentissage par l'essai. Ainsi, le prototypage rapide est l'essence même des usagers du fablab. Cela permet notamment d'apprendre à se tromper rapidement pour mieux itérer et rectifier le produit imaginé, son usage et sa conception. Il est clair que ce type d'approche, bien que ne répondant pas à un déroulement séquentiel et linéaire de gestion de projet type Gantt, a l'avantage de permettre des réductions drastiques de coûts de projets : en évitant de se focaliser sur la perfection du produit fini, les itérations successives, aussi brutes soient-elles, permettent une remise en question vive des pré-supposés de départ du projet, dans une démarche agile. D'ailleurs, un peu comme dans le concept du design thinking, les usagers du fablab partent du design, de l'usage.




Troisièmement, évoquons la dimension internationale de ce carrefour de compétences. Les fablabs sont organisés dans un réseau mondial (carte des makeries). Cela multiplie les chances d'attirer les talents les plus rares sur les projets les plus complexes.

Quatrièmement, citons l'aspect pédagogique du fablab. En effet, outre l'apprentissage pratique et l'expertise acquise à l'issue des expérimentations réalisées à travers les divers projets, le fablab inculque une discipline de la documentation systématique des travaux réalisés, une certaine méthodologie. Or, l'on sait que l'exercice rédactionnel peut parfois être un savoir-faire recherché par les industriels. Cet aspect de la capacité à documenter peut se matérialiser au sein de la fablab sous la forme de rédaction de wiki, mais également par la création de MOOCs.

Pour terminer, la richesse des échanges au sein du fablab développe probablement une capacité de projection des savoirs acquis dans des domaines non connexes. Cette capacité permet d'envisager des possibilités de transposition, de transfert de modules vers d'autres produits, ou usages et par voie de conséquence, d'autres possibilités de marché.


Next step ?


Alors next step ? Qu'attend-on pour tisser des partenariats, des collaborations avec les fablabs ? En réalité, il existe déjà des connexions avec des industriels et des fablabs. Mais elles ne sont pas si évidentes. Cela peut sans doute s'expliquer pour des raisons de conservation de propriété intellectuelle de la part de l'industriel ou encore par le fait que les projets partagés sont encore souvent des projets annexes ou exploratoires donc non prioritaires pour l'entreprise.

Ceci étant dit, il faut citer les exemples de sociétés créant leurs propres fablabs comme Dassault ou encore le Garage de Nokia. D'abord créés pour héberger les projets des salariés, ces lieux s'ouvrent progressivement à l'extérieur dans une réelle démarche d'open innovation.




Les puristes rétorqueront que ce concept de fablab corporate est un peu différent du principe de base du fablab d'origine mais il a le mérite de donner lieu à des moments de créativité et d'échanges, de fédérer les collaborateurs autour d'un projet hors-scope. Géo Trouvetou peut bien cancaner, le fablab n'est donc pas un canard boiteux dans le panorama industriel et on n'a pas fini d'en parler.

3 vues

Posts récents

Voir tout

Nantes

  • LinkedIn

©2020 by ELLAMPSIS